Espace Jean Racine
Rue Ditte
78470 Saint-Rémy lès Chevreuse

Tarif : 29 €
BILLETTERIE

Aussi disponible en billet COMBO avec
Delgres

Coup de cœur du programmateur

Le flamboyant chanteur jamaïcain Winston McAnuff a noué une collaboration privilégiée avec l’exubérant accordéoniste français Fixi. Ensemble, ils distillent une musique grande ouverte sur le monde, traversée de multiples influences. Un reggae métisse jubilatoire teinté d'afrobeat, de Maloya réunionnais, de blues ou de musette.

WINSTON MCANUFF ET FIXI

winstonLa fraternité musicale voilà ce qui définit aujourd’hui les liens qu’ont tissé Winston McAnuff et Fixi. Elle préside à l’esprit de ce troisième opus « BigBrothers » comme une devise de leur sono République.

« Fraternité » un mot qui s’écrirait en français, en anglais, en espagnol, en portugais, en arabe, en patois jamaïcain, en créole réunionnais, en dari afghan, en bambara malien ou encore en tigrigna érythréen. Car cet album qui croise, comme à leur habitude, de nombreux horizons musicaux, est aussi né à Calais.

En décembre 2015, à l’initiative de leur compère de concert beatboxeur Markus (Marc Ruchmann), Winston McAnuff et Fixi organisent une soirée de nouvel an pour et avec les migrants. En compagnie d’Olivier Lousteau, interprète fétiche d’Abdellatif Kechiche et réalisateur de La fille du patron, la nuit se passe à fêter la nouvelle année… toutes les deux heures ! Suivant les fuseaux horaires des pays des uns et des autres, minuit se multiplie et se conjugue dans toutes les langues.

L’humanité de ces échanges, la puissance fraternelle de ce banquet de Babel rayonne dans « BigBrothers », et résonne tout particulièrement dans le titre « Crying for love ». Ecrit par Winston McAnuff du haut des falaises de Douvres, « Crying for Love » est à la fois le chant de tous les peuples qui ont franchit la mer dans l’espoir de trouver une terre d’accueil, et un hymne à l’hospitalité. C’est à travers la musique, belle comme un arc en ciel de Jimmy Cliff, le cœur battant de percussions, le piano et l’accordéon entrelacés, que se dessine une île de possibilités.

Depuis leur première rencontre sur « Paris Rockin » (2007), disque aussi hybride que culte célébrant l’association du jamaïcain McAnuff avec les français du groupe Java, Winston et Fixi n’ont cessé d’approfondir leurs liens. Après le succès de leur premier album en duo « A New Day » (2013), le chanteur au timbre héroïquement cabossé et l’accordéoniste-metteur en son, franchissent une nouvelle étape. Ce « BigBrothers » raconte l’intimité et la confiance qui s’est installée entre ces deux-là. Condition de leur renouvellement créatif.

Si toujours se presse autour d’eux la fratrie musicale qu’on leur connaît (le maloya d’Olivier Araste du groupe Lindigo, les percussions afro-beat de Cyril Atef), de nouvelles influences s’invitent dans leur démocratie à deux têtes. C’est le cha-cha-cha cubain du titre « Big Brother », avec son piano dansant, son fuzz psychédélique, et sa mélodie instantanément accrocheuse. Mais aussi le gospel et la soul des amis de Winston Mc Anuff pour la chorale groovy de « I came I saw », transcendée par l’accordéon funkadelic de Fixi.

Il fallait cette complicité fraternelle pour emmener Winston McAnuff vers un chant inédit. Sur le titre « Black Bird » il croasse dans les aigues, se fait le conteur d’une berceuse enfantine, penche la tête du côté de Cat Stevens, caresse le folklore pop d’un « Norvegianwood » des Beatles.

Au fil de l’album, les paroles (souvent composées par Winston sur les routes jamaïcaines), ont en commun cette sagesse de « grand frère ». Ce sont des maximes de vie, des confidences et des paraboles, pour saisir le seul bonheur qui vaille : celui que l’on s’est construit et qu’on est capable de voir quand il est là. « Nowyou’vegotit, please respect it” chante Winston sur “If You Want It So Bad”. Quant à « Think » une des clés du disque, c’est un classique immédiat qui martèle son crédo ternaire « pense, observe et écoute ».

La bonne nouvelle c’est que ce « BigBrothers » n’est pas un fratriarcat pour autant. Ce deuxième album est bien celui des femmes. Elles sont majoritaires au sein du nouveau groupe formé par Winston etFixi. Elles sont célébrées dans les chants d’amour de « Sweet love of mine » ou « My Angel » de l’harmonica au mélodica. Enfin Pongo, chanteuse lisboète originaire d’Angola et seul featuring de l’album, trône sur un titre abrasif « One Note ». Elle y décroche des uppercuts vocaux, à la façon d’une héroïne de synthé wave croisée avec une MC du « New York Rappin Hood ».

Avec «BigBrothers » la fraternité est une fête, et elle ne fait que commencer.

Après le succès de l’album « A new Day » nommé aux Victoires de la Musique en 2014, et fort d’une tournée mondiale, les deux irréductibles reviendront en 2018 avec un nouvel album déjà très attendu, réalisé par Olivier Lude (-M-, Vanessa Paradis…).

Nouvel album Big Brothers disponible.

URL Window icon -  Facebook icon -  Logos Instagram icon -  Youtube icon